Choisir le compatible

Tiens, voilà un extrait de mon livre de témoignage : ça résume bien le chemin de 10 ans pour construire mon équilibre avec mon écosystème du manger en santé. Ca peut paraitre radical mais l'essentiel c'est d'aller mieux, nan ?

Voilà ce que je raconte page 125 de mon livre :

« A partir de 2007, j’ai arrêté le gluten, le lactose, le sucre rapide. Je mange des légumes, racines ou verts, du riz complet, des légumineuses, du tofu ou du poisson, le tout cuit à la vapeur douce dans mon Vitaliseur de Marion Kaplan, des huiles, des graines, des algues, du cacao cru. Sinon, sushi, maki, sashimi. De la vraie soupe miso. Des yaourts nature, brebis, chèvre ou soja, mais de moins en moins. Du lait végétal et des poudres de super aliments.

Tout bio.

Et 16h de jeûne entre le soir et le matin (au moins 12h). Grosso modo à 80% de ma faim.

Voilà c’est à peu près tout, à force d’avoir tout éliminé.

Non c’est pas horrible, ce n’est pas une privation.

Inspiration un peu macrobiotique façon Okinawa, et surtout grosse observation de mon métabolisme : j’ai mis beaucoup de temps à comprendre, à tester, à évaluer, à peaufiner le choix, à observer les effets secondaires néfastes, puis petit à petit, à voir venir les positifs.

Je n’ai plus mal au ventre, je n’ai plus de diarrhée fulgurante, je n’ai plus de ballonnements douloureux, je n’ai plus mal dans mes muscles, je digère bien, je dors mieux.

Je pèse très bien le pour et le contre de toute exception, qui reste exceptionnelle et super sélectionnée : ça doit valoir le coup !

Ce qui pèse très lourd dans la balance, c’est de ne pas avoir mal, ne pas relancer le feu.

Je peux renoncer sans problème à l’éclair pistache ou aux tartines de beurre salé que j’aimais tant.

Choisir c’est renoncer, mais c’est aussi prendre ce qui est le mieux.

J’ai retrouvé un nouvel équilibre alimentaire, et plus globalement métabolique.

J’ai mis environ une dizaine d’années pour faire ce tour de piste alimentaire.

Oui 10 ans. »

« Nan c’est pas compatible »

Pendant toutes ces années, voilà ce que j’ai dit, quand on me proposait d’aller déjeuner dans une pizzéria ou une crêperie (trop de gluten), quand on m’offrait un cookie ou pire, une viennoiserie (hein les croissants au bureau le vendredi, bonjour le foie plombé dès le matin, avec tout ce gras sucré).

C’est vrai que je n’ai pas une vie sociale intense, mais cela n’a rien à voir avec mon alimentation; je suis solitaire de naissance ! Toutefois, j’ai vite rayé de mes relations soit-disant amicales, les personnes qui persistaient à m’imposer une omelette ou une quiche à la crème, ou bien encore du poulet noyé dans l’huile ou bien ces soit-disants bonnes cuisinières qui ne jurent que par le concentré de tomates en tube (et se trimballent en cachette avec un énorme tupp’ rempli de médoc anti reflux gastrique … ).

Je ne suis jamais rentrée dans les débats, je n’ai jamais cherché à convertir les autres, et maintenant de manière systématique, j’apporte ma gamelle quand je vais déjeuner chez quelqu’un : ça évite le stress des 2 cotés. Je ne vais plus diner non plus nulle part, mais ça, c’est pour gérer le sommeil : on en parlera dans la rubrique Dormir 😉

Frugalité et convivialité, ça fonctionne si chacun respecte l’autre.

Pour moi, la priorité par dessus tout le reste, c’est ma santé, je ne fais plus aucune concession sociale à table : je choisis à 100% ce que je mange, et franchement, ça va beaucoup mieux comme ça.

J’ai mis du temps pour arriver à construire ces choix, c’est un parcours de souffrances, qui petit à petit dessine un retour à soi, un retour de la légèreté joyeuse.

Et c’est justement sur ce processus qu’en tant que coach, je peux vous accompagner : réussir à savoir ce qui vous convient et réussir à respecter ses besoins et limites, c’est pas facile-facile, mais c’est essentiel pour cultiver votre autonomie, faire ses choix en conscience et au total respect de soi.

Et justement la fibromyalgie est bien un processus d’alarme au feu pour nous inviter à revenir à soi, ses besoins et limites, ses ressources.

Sinon, si tu veux découvrir mon livre de témoignage de malade :

  • « Mieux vivre avec la fibromyalgie, témoignage en mode Roule ma poule … : 21 mots ou 21 ans pour comprendre les maux ? »
  • ISBN : 978-1091452091
  • écrit et publié par Hélène Frébourg sur KDP-Amazon, en août 2019
  • le livre est en vente, exclusivement,  sur Amazon en version papier ou numérique Kindle

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Partagez votre commentaire

Bonjour

Bienvenue sur le blog d’Hélène Frébourg, Coach du Mieux Vivre Avec la maladie chronique

Articles récents

Retrouvons nous là

Envie d'appliquer facilement l'esprit du dont on parle dans cet Article ?

C’est simple : vous pouvez télécharger immédiatement

Guide
Mieux Vivre Avec La Maladie Chronique
Spécial Confinement

 

en remplissant ce formulaire =>>

Retour haut de page